Au lendemain du 1er tour des Municipales,

Le 17 Mars, Chères toutes, chers tous,

Vos 104 voix pour un programme plus ouvert et l’ambition de créer ensemble ces ponts de solidarité et progrès pour aujourd’hui et demain, rendent la suite plus intéressante. Merci de l’avoir souhaité comme moi et merci de me l’avoir exprimé.

Il m’aurait fallu 108 voix (1 quart des 426 inscrits) pour pouvoir prétendre à un second tour, d’où l’importance de ne pas s’abstenir. Toutefois, nous comprenons tous qu’avec le problème du virus, quelques électeurs ont préféré rester chez eux.

L’élection n’aurait pas dû avoir lieu.

Le panachage (rayure et « mixité » de la liste adverse et la mienne) ne venant qu’affaiblir mon socle possible de liste pleine (ma candidature unique), il m’aurait fallu 136 voix (la majorité absolue sur 270 exprimées) pour être élu, d’où l’importance de créer des listes entières, ce qui demande aussi plus d’implication et d’oser aller chercher des collègues prêts à s’investir.

Il se peut que dans 6 ans nous n’ayons plus à voter pour élire un Maire.

Les Communes sont obligées désormais d’intégrer les méandres des Communautés de Communes (ComCom) en prévision d’une dissolution certaine orchestrée depuis l’avènement des grandes Régions. Nous finirons par voter pour des conseillers régionaux que nous ne verrons jamais.

Ainsi à l’aménagement du territoire de manière équitable et bienveillante, nos canailles politiciennes ont préféré la loi des marchés (mon ennemi c’est la finance). Ils ont préféré un triptyque intercommunalités/régions-métropoles/Union européenne qui, avec l’UE des banques et sa logique financière écrasent la démocratie de base et la citoyenneté nationale.

Une UE des banques qui soutient la mise sur les marchés de l’ensemble de nos biens publics. Des marchés qui se ruent sur ces biens parce qu’ils sont effectivement d’une grande valeur, qui ensuite ruinent ces biens et se ruinent eux-mêmes.

L’UE des banques servant de pompe à fric pour reflouer ces perdants en fausse monnaie tout en nous imposant l’austérité puisque nous n’avons plus de forces vives pour créer de la valeur à la monnaie devenue virtuelle..

Nous avons là, la preuve que les marchés nous épuisent et ne nous servent à rien.

Tout se passe désormais durant l’effondrement du système financier occidental. Il nous faut donc d’urgence nous protéger du Casino et de ces rapaces.

Avant tout, gardons le moral en sachant regarder la réalité en face. Nous avons le virus de la pandémie et le virus des marchés qu’est le système financier occidental avec ses courroies de transmission.

L’un nous oblige à nous confiner et à être vigilant, l’autre exige que nous mettions les bourses en quarantaine une bonne fois pour toute. C’est ici que le local rejoint le national et l’international.

Confiner la bourse et les banques pour nous protéger de leur faillite va être désormais notre travail. L’après Covid19 se prépare maintenant. Pour y participer, faites le moi savoir par retour de mail.

Merci encore de votre soutien et à très bientôt.


 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires sont modérés