Budget 2014, pour avancer ?

Le budget 2014 du Tarn-et-Garonne pourrait être surnommé le "Tout le monde il est beau, tout le monde il est content". 

Du fait que le Gouvernement a versé sa part au Département, le Groupe des Socialistes se félicite que "un Gouvernement qui tient ses promesses c'est à souligner". 

Faut-il rappeler que ce même Gouvernement était censé avoir déclaré la guerre a la finance ? Eh bien aujourd'hui, le chiffre d'affaires de la  seule BNP PARIBAS équivaut au PIB de la France... Si ce n'est pas une puissance de chantage financier contre les français, qu'est-ce donc ?

Pour les Radicaux, l'Etat pourra "encore mieux faire". Faut-il comprendre "encore mieux soumettre les français à l'austérité" ?

Pour éviter la déroute, coupons les banques en 2 !


Au fond, faute d'avoir le courage d'affronter un ennemi qui a le visage de banques, l'austérité aura eu le mérite de mettre tout le monde d'accord. Une servitude volontaire qui s'accorde à gérer la pénurie et la course aux subventions, au lieu de couper les banques en deux pour protéger nos dépôts du casino et de reprendre  les rênes de l'émission de crédit productif public, le tout sous le prétexte d’un fallacieux progrès. 

Car le progrès dont on nous parle, c’est un peu comme le goudron de ce nouveau rond-point « des sapinettes » sur la D999, quand le goudron se décolle déjà après deux mois d’utilisation, le progrès lui ne décolle toujours pas après 30 ans de budget : pas d’irrigation pour les petites exploitations agricoles, pas de transport en commun pour sortir de l’isolement rural, plus d’entretien efficient des chaussées, routes déformées pour des accidents accrus, du délestage électrique systématique au moindre coup de vent, des poteaux téléphoniques qui croulent sous les câbles, la fibre optique ni changeant rien, bien au contraire…

Si l’heure n’était pas grave, nous pourrions rire un peu de ce prétendu bon sens si près de chez nous, en se rappelant que si « avant on avançait dans la mauvaise direction, maintenant on recul bien dans la bonne ».

Mais vous me direz et Verlhac Tescou dans tout ça ? Suite au prochain numéro !